Une vidéo sur la psychanalyse recommandée par votre psychanalyste à Avignon

30 déc 2020

Le Docteur Dominique Barbier, psychanalyste, psychothérapeute à Avignon, vous invite à regarder l'avis de Fabrice Luchini sur la psychanalyse :

Voir la vidéo

Pour toute question concernant une consultation chez psychothérapeute à Avignon, contactez Le Docteur Dominique Barbier dès à présent.

Psychanalyse et originalité

13 déc 2020

Les gens n'ont de charme que par leur folie. Voilà ce qui est difficile à comprendre. Le vrai charme des gens c'est le côté où ils perdent un peu les pédales, c'est le côté où ils ne savent plus très bien où ils en sont. Ça ne veut pas dire qu'ils s'écroulent au contraire, ce sont des gens qui ne s'écroulent pas. Mais, si tu ne saisis pas la petite racine ou le petit grain de folie chez quelqu'un, tu ne peux pas l'aimer. On est tous un peu déments, et j'ai peur, ou je suis bien content, que le point de démence de quelqu'un ce soit la source même de son charme.»


(Gilles Deleuze, 18 janvier 1925 – 4 novembre 1995)

Oser bien vivre, un texte presque psychanalytique !

12 déc 2020

Le temps s'est écoulé comme une rivière, je ne l'ai pas vu passer !
J'ai compté mes années et j'ai découvert que j'ai moins de temps à vivre ici que je n'en ai déjà vécu.
Je n'ai désormais pas le temps pour des réunions interminables, où on discute de statuts, de règles, de procédures et de règles internes, sachant qu'il ne se combinera rien...
Je n'ai pas le temps de supporter des gens absurdes qui, en dépit de leur âge, n'ont pas grandi.
Je n'ai pas le temps de négocier avec la médiocrité. Je ne veux pas être dans des réunions où les gens et leur ego défilent.
Les gens ne discutent pas du contenu, à peine des titres
Mon temps est trop faible pour discuter de titres.
Je veux vivre à côté de gens humains, très humains.
Qui savent sourire de leurs erreurs.
Qui ne se glorifient pas de victoires.
Qui défendent la dignité humaine et qui ne souhaitent qu'être du côté de la vérité et de l'honnêteté. L'essentiel est ce qui fait que la vie vaut la peine d'être vécue.

Je veux m'entourer de gens qui savent arriver au cœur des gens.
Les gens à qui les coups durs de la vie ont appris à grandir avec des caresses minces dans l'âme.
Oui... J'ai hâte... de vivre avec intensité, que seule la maturité peut me donner.
J'exige de ne pas gaspiller un bonbon de ce qu'il me reste...
Je suis sûr qu'ils seront plus délicieux que ceux que j'ai mangé jusqu'à présent.- personne n'y échappe riche, pauvre intelligent, démuni ... »
(André Gide, 22 novembre 1869 – 19 février 1951)

La technique psychanalytique (Jacques Lacan)

5 déc 2020


"L’analyse doit viser au passage d’une vraie parole, qui joigne le sujet à un autre sujet, de l’autre côté du mur du langage. C’est la relation du sujet à un Autre véritable, à l’Autre qui donne la réponse qu’on n’attend pas, qui définit le point terminal de l’analyse. Pendant tout le temps de l’analyse, à cette seule condition que le moi de l’analyste veuille bien ne pas être là, à cette seule condition que l’analyste ne soit pas un miroir vivant, mais un miroir vide, ce qui se passe se passe entre le moi du sujet – c’est toujours le moi du sujet qui parle, en apparence – et les autres. Tout le progrès de l’analyse, c’est le déplacement progressif de cette relation, que le sujet à tout instant peut saisir, au-delà du mur du langage, comme étant le transfert, qui est de lui et où il ne se reconnait pas. L’analyse consiste à lui faire prendre conscience de ses relations, non pas avec le moi de l’analyste, mais avec tous ces Autres qui sont ses véritables répondants, et qu’il n’a pas reconnus. Il s’agit que le sujet découvre progressivement à quel Autre il s’adresse véritablement, quoique ne le sachant pas, et qu’il assume progressivement les relations de transfert à la place où il est, et où il ne savait pas d’abord qu’il était"

(Lacan J., "Le Séminaire", livre II, Le moi dans la théorie de Freud et dans la technique de la psychanalyse, Paris, Seuil, 1980, p. 288.)

Le futile, l'officiel insignifiant et la psychanalyse !

5 déc 2020

Rien, au regard de la psychanalyse, ne peut être tenu pour futile, dérisoire, absurde, insignifiant - ou rebutant ; tout, au contraire, fait signe et sens. [...] pour la psychanalyse, rien n'est rebut, tout fait rébus. Ce qui revient à dire que le déchet n'existe pas, que tout élément de réalité, et l'humaine réalité par-dessus tout, s'offre comme un ensemble de signes apparents capables de révéler, à l'aide de combinaisons réglées, un sens caché, des sens cachés - une multitude de sens cachés. Avec Freud donc, le rebut, sous toutes ses formes, fait une mémorable entrée dans le domaine du savoir et de l'analyse rationnelle, avec toutes les implications qu'un tel événement comporte. (Roger DADOUN, Freud, Belfond Ed.)

La psychanalyse est un déchiffrage

28 nov 2020

La psychanalyse est un déchiffrage surtout dans le temps qui va donner sens dans l’après-coup. Elle remet en cause l’imaginaire en découvrant que quelque chose est déjà écrit qui pourrait devenir destin à notre sujet et qu'il est possible par l'écoute de soi et de son désir de transformer ce qui aurait été un destin en destination, par la reprise en main de son existence.

Le Courage

19 nov 2020

Le courage, c'est de comprendre sa propre vie, le courage, c'est d'aimer la vie d'un regard tranquille, le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel !

La Psychanalyse vue par Catherine Deneuve

8 nov 2020

"Je me suis instruite de la psychanalyse qui m'intéresse comme toute technique qui vise à alléger la souffrance. De plus, un acteur, par refus ou par acceptation, croise forcement la psychanalyse. Par sa propension naturelle au narcissisme et à l'introspection, mais aussi par une réceptivité très ouverte, une sorte d'instinct au monde et aux gens. La plupart des acteurs, surtout les bons, savent que leur métier consiste à puiser dans une fragilité, un déséquilibre, une singularité. Être acteur, c'est un engagement qui vous pompe beaucoup plus qu'on croit, qui vous apporte aussi énormément, mais je ne pense pas que ce soit une vocation qui mérite de sacrifier sa vie, c'est-à-dire de vivre majoritairement dans une illusion de soi-même. C'est être un instrument et se laisser emporter. Le problème c'est de revenir, d'atterrir. Je suis encore étonnée d'avoir choisi ce métier. C'est profondément hostile à ma nature : je préfère regarder qu'être regardée, écouter plutôt que parler"

(Catherine Deneuve)

La psychanalyse selon Jacques André

8 nov 2020

La psychanalyse n'est pas le prolongement de la confession, elle en est plutôt le contre-pied : se confesser c'est dire ce que l'on ne sait que trop et que l'on voudrait garder caché, enfouir au plus profond. Parler en analyse c'est prendre le risque de dire ce que l'on ne sait pas et qui, paradoxalement, est le plus profond de soi-même, si ce n'est que « soi-même » l'ignore.

(Jacques André, Paroles d'hommes)

Le langage selon Georges Bataille

8 nov 2020

Si quelqu'un me demandait ce que nous sommes, je lui répondrais de toute façon : cette ouverture à tout le possible, cette attente que nulle satisfaction matérielle n'apaisera et que le jeu du langage ne saurait tromper! [...] En effet, le moment suprême est dans le silence et, dans le silence, la conscience se dérobe. [...] Que serions-nous sans le langage? Il nous a fait ce que nous sommes. Seul il révèle, à la limite, le moment souverain où il n'a plus cours. Mais à la fin celui qui parle avoue son impuissance.
(Georges Bataille, L’érotisme)